Changer de travail : pourquoi vous devez prendre des risques ?

  • Source: trouveurdemploi
  • Date: jeu. 05 janv. 2017
  • Visites: 1499
  • Commentaires: 0

Est-ce que vous avez peur de prendre des risques ? La plupart des gens aiment bien prendre des risques de temps en temps, pour se faire peur. Cela va du tour en manège qui les secoue un peu, jusqu'au saut en parachute. Ils ont bien peur, et ensuite ils se disent : « plus jamais ça ».

Par contre, au quotidien, ces mêmes personnes sont assez frileuses. Certains vont se justifier en disant qu’ils ont une famille, qu’ils ne peuvent prendre aucun risque. Le problème, c’est qu’avec cet état d’esprit, vous n’allez pas progresser très vite. Je vous explique tout de suite pourquoi. Voyons d’abord le parallèle avec l’argent :

Quand vous voulez placer votre argent, si vous voulez un retour sur investissement plus élevé, il va falloir prendre plus de risques. Un livret d’épargne est peu risqué, mais vous n’avez pas d’espoir d’un gain très élevé. Investir en bourse peut vous permettre de gagner plus, mais aussi de perdre plus. Le tout c’est de savoir arrêter avant de perdre trop.

Au travail c’est pareil :

Pendant la crise, certains se disent qu’il vaut mieux rester dans son job actuel, que changer de job c’est risqué. Il vaut mieux rester au chaud dans son job, ou changer à l’intérieur de l’entreprise.

Le problème, c’est qu’en période de crise, l’évolution interne (en termes de poste ou de salaire) est limitée, même si votre manager vous dit le contraire. Vous en avez peut-être marre de travailler et de ne pas recevoir d’augmentation. On vous dit que vous êtes bon, mais quand vient le moment de toucher votre rémunération variable, cela fait trois ans que vous ne voyez pas de progrès…

La solution, c’est d’augmenter un peu le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre. Pourquoi ? Tout comme pour l’argent : si vous augmentez les risques pris, vous augmentez les possibilités d’évolution.

En fait, changer de société n’est probablement pas aussi risqué que vous le pensez. Supposons qu’une société vous recrute parce qu’elle a un besoin, un problème à résoudre. Si vous avez démontré que vous avez les compétences pour résoudre le problème, ce n’est pas pour vous virer deux mois après. Si elle fait ça, elle devrait trouver quelqu’un pour vous remplacer.

 

Voici trois questions à vous poser pour estimer le niveau de risque :

 

1) Quel est le plus mauvais scénario possible ?

Définissez le pire scénario : est-ce une perte d’emploi ? Une baisse de salaire ? Quel est son impact sur vous ? Est-ce que le pire scénario est supportable ? Combien de temps pouvez-vous tenir avec vos économies ? Sachant que « Le pire n’est jamais certain », est-ce que vous êtes prêt à sauter le pas ?

 

2) Quel est le meilleur scénario possible ?

Pensez au potentiel du poste ou du projet. Si vous vous focalisez sur le risque, vous allez refuser l’opportunité comme tous les autres. En ayant écrit sur papier les deux extrêmes, vous pourrez décider, comme quand vous investissez de l’argent dans un placement financier si le retour sur investissement vaut le risque pris.

 

3) Pouvez-vous revenir en arrière ?

Si le poste envisagé ne vous convient finalement pas, pouvez-vous faire demi-tour ? Évidemment, ce ne sera pas forcément dans la même société. Mais, est-ce que la fonction que vous occupez actuellement est recherchée sur le marché ?

 

Attention, le fait que vous n’ayez pas l’information n’implique pas un risque. Certains vont confondre incertitude (je ne sais pas ce qui m’attend) avec risque. Si vous n’avez pas suffisamment d’infos, il ne tient qu’à vous de vous renseigner davantage pour prendre une décision en étant mieux informé.

 

Pour finir, voici quelques exemples de poste à considérer. Vos concurrents vont sans doute les trouver trop risqués et les refuser. Vous avez une carte à jouer :

  1. Un boulot qui paie moins, mais qui vous permet d’apprendre énormément dans le domaine ou la fonction qui vous intéressent.
  2. Un contrat à temps partiel, ou un job de consultant indépendant : peut-être qu’une société a un projet qui ne justifie pas une personne à temps plein. En acceptant ce type de contrat, vous pouvez avoir accès à un poste et à une expérience que vous n’auriez pas eue à temps plein. Et en plus, si un poste à temps ouvre, vous aurez l’information avant les autres, et vous êtes déjà connu de la société !
  3. Un poste où les risques sont mis en avant : il va attirer peu de personnes. Si ça vous intéresse et que vous vous en sortez bien, le potentiel de cette expérience est intéressant !

Bonne chance !

Educarriere sur Facebook

Magazine

News du jour